Communiqué de presse

 

Le mystère de l'amanite de Bweyeye

 

Meise - 27/06/2019

Jérôme Degreef est scientifique et mycologue au Jardin botanique de Meise. Lors d’une de ses missions de collecte de champignons au Rwanda, il a été étonné de constater que les habitants du petit village de Bweyeye cueillaient d'énormes quantités de champignons du genre Amanita. Mais surprise, ces champignons ressemblaient ‘comme deux gouttes d’eau’ aux amanites phalloïdes tempérées connues pour être mortelles et pourtant les personnes les mangeaient sans tomber malades !

Si, parmi les 500 espèces d'Amanita connues dans le monde, beaucoup sont comestibles, celles de la section Phalloideae à laquelle le champignon de Bweyeye se rattachait assurément, sont connues dans le monde entier pour être très toxiques voire mortelles comme l’est l'amanite phalloïde (Amanita phalloides).

Comment se fait-il alors que les populations locales ne sont pas affectées par la consommation de ce champignon ? L’amanite récoltée à Bweyeye contient-elle des toxines ? Si oui, pourquoi les personnes peuvent-elles les consommer sans tomber malade ? Ces personnes ont-elles dans leur système digestif des enzymes leur permettant de digérer les toxines ? Ou est-ce la manière de préparer ou de cuisiner ces champignons qui atténuent ou suppriment leur toxicité ? A moins qu’une mutation génétique ait fait apparaître une lignée comestible au sein d’une espèce connue pour être mortelle ?…

Toutes les hypothèses pouvaient être formulées. C’est ainsi qu’a débuté une longue enquête pour résoudre ce qui allait devenir le « mystère de l’amanite de Bweyeye ». Les résultats ont  fait l’objet d’un article scientifique détaillé, disponible en libre accès sur https://mycokeys.pensoft.net/article/34560/ (*).

Assez rapidement, des analyses chimiques ont confirmé l’absence des toxines dans les spécimens récoltés. Dans un deuxième temps, l’étude de l’ADN a montré qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce pour la science. Elle a été dénommée Amanita bweyeyensis en reconnaissance de la contribution des habitants du village de Bweyeye dans cette importante découverte scientifique. Enfin, à la surprise des chercheurs, les analyses moléculaires ont démontré que l’espèce possédait bien les gènes responsables de la production des toxines. L’absence de ces dernières dans les tissus du champignon s’explique par le fait que les gènes en question ne s’expriment pas. C'est la première fois que la communauté scientifique est en mesure de démontrer qu'une espèce génétiquement capable de produire des toxines ne le fait pas réellement ou a perdu cette capacité.

(*) Fraiture A, Amalfi M, Raspé O, Kaya E, Akata I, Degreef J (2019) Two new species of Amanita sect. Phalloideae from Africa, one of which is devoid of amatoxins and phallotoxins. MycoKeys 53: 93-125. https://doi.org/10.3897/mycokeys.53.34560

En savoir plus :

 Contact

 

Cookies

Nous utilisons des cookies et des techniques similaires pour analyser l'utilisation du site internet, permettre de montrer du contenu provenant de tiers comme par exemple des vidéos, et pour diverses autres fonctionnalités. Ces cookies sont également placés par des tiers. En cliquant sur “Accepter”, vous donnez votre accord. Si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez spécifier vos préférences via le bouton "Ajuster les paramètres". Plus d'informations…

Des cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site internet. De cette façon, votre panier sera mémorisé lors de la commande et vous pourrez vous connecter avec votre compte personnel sur le site.

Les cookies sont également nécessaires pour enrichir votre expérience sur le site. Par exemple, des contenus multimédias délivrés par des tiers tels que les vidéos, sont souvent accompagnés de cookies. Nous conservons également des statistiques pour améliorer continuellement le site internet.

Enfin, les cookies sont utilisés pour collecter des informations complémentaires sur nos activités marketing, telles que les newsletters et actions promotionnelles, aussi efficacement que possible et de façon personnalisée.

Paramètres des cookies