[Science news] - La vie microscopique en Antarctique est plus unique et plus riche que prévue

La vie terrestre en Antarctique est dominée par les plus petits organismes, également appelés «micro-organismes». Pendant longtemps, on a pensé que cette vie microscopique comptait peu d'espèces, présentes dans presque toutes les régions libres de glace du «Continent Blanc» et, de plus, différant peu des espèces de l'Arctique. Des recherches récentes, menées par une équipe internationale dirigée par le Jardin botanique de Meise (Prof. Dr Bart Van de Vijver) et l'Université de Gand (Prof. Dr Elie Verleyen et Prof. Dr Wim Vyverman) a montré que la microflore de l'Antarctique est non seulement très riche en espèces, mais aussi que la plupart de ces espèces ont une distribution très limitée.

La recherche s'est concentrée sur les diatomées dans les lacs antarctiques. Les diatomées, également appelées algues silicieuses, sont des algues microscopiques unicellulaires qui se caractérisent par leur coque externe entièrement constituée de dioxyde de silicium (SiO2), autrement dit, de « verre ». Dans le monde entier, ils sont l'un des groupes d'algues les plus diversifiés. Les diatomées sont des acteurs importants du cycle mondial du carbone et sont également responsables de près de 25% de la production mondiale d'oxygène. Les coques de diatomées ont des dessins très gracieux qui sont propres à chaque espèce et permettent de distinguer les espèces les unes des autres.

La composition des espèces dans plus de 430 lacs de la région antarctique a été étudiée à l'aide de techniques de microscopie optique et électronique à balayage. La plupart des 370 espèces observées n'ont été trouvées nulle part ailleurs dans le monde et sont donc uniques à l'Antarctique. Mais aussi dans la région antarctique, presque toutes les espèces semblent avoir une aire de répartition très limitée. La plupart des espèces (environ 270) ont été trouvées dans les lacs des îles subantarctiques qui entourent le continent antarctique comme une ceinture. Sur le continent blanc lui-même, les scientifiques n'ont trouvé «que » 152 espèces. De plus, peu d'espèces sont présentes à plusieurs endroits. Cela suggère que la distribution efficace de ces algues diatomées vers, mais aussi à l'intérieur de l'Antarctique, est très limitée.

Les résultats de cette étude soulignent une fois de plus l'importance de protéger ce continent encore vierge. Il est urgent de prendre des mesures pour garantir que le caractère spécial de cette flore d'algues ne soit pas perturbé à l'avenir.

Les résultats de cette étude ont été récemment publiés dans la revue scientifique Ecography (https://doi.org/10.1111/ecog.05374).

Cookies

Nous utilisons des cookies et des techniques similaires pour analyser l'utilisation du site internet, permettre de montrer du contenu provenant de tiers comme par exemple des vidéos, et pour diverses autres fonctionnalités. Ces cookies sont également placés par des tiers. En cliquant sur “Accepter”, vous donnez votre accord. Si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez spécifier vos préférences via le bouton "Ajuster les paramètres". Plus d'informations…

Des cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site internet. De cette façon, votre panier sera mémorisé lors de la commande et vous pourrez vous connecter avec votre compte personnel sur le site.

Les cookies sont également nécessaires pour enrichir votre expérience sur le site. Par exemple, des contenus multimédias délivrés par des tiers tels que les vidéos, sont souvent accompagnés de cookies. Nous conservons également des statistiques pour améliorer continuellement le site internet.

Enfin, les cookies sont utilisés pour collecter des informations complémentaires sur nos activités marketing, telles que les newsletters et actions promotionnelles, aussi efficacement que possible et de façon personnalisée.

Paramètres des cookies