Adieu à un vétéran

Certains le connaissent sous le nom de l'Arbre des Contes, mais scientifiquement c'est un Fagus sylvatica f. purpurea, ou hêtre pourpre. La question de savoir s'il s'agit d'une variété, d'une forme ou d'un cultivar du hêtre européen reste un point de discussion. La plus ancienne mention du hêtre pourpre (à l'état sauvage !) remonte à 1680 à Zurich. Et c'est probablement peu de temps après que la culture de ces arbres imposants s’est développée. L'Arbre des Contes du Jardin botanique de Meise, situé près du pavillon de chasse, avait probablement entre 150 et 200 ans, mais les sources manquent pour le confirmer.

D'une circonférence de 5 m était l'un des arbres les plus emblématiques du Jardin botanique. Les racines qui couraient sur la pelouse et les nombreux polypores (Ganoderma adspersum et G. lipsiense) qui le recouvraient donnaient à l'arbre un aspect féérique. Aussi beaux soient-ils, les polypores provoquent la putréfaction du bois, ce qui fragilise le tronc des arbres. De plus, l'arbre était également infecté par un polypore géant (Meripilus giganteus), un autre tristement célèbre ravageur de hêtres.

En 2019, l'arbre avait fait l'objet de recherches approfondies, notamment par tomographie sonore. Les résultats indiquaient qu'il y avait peu de bois sain dans le tronc. Le Jardin avait décidé alors de soulager drastiquement l'arbre en élaguant environ 5 tonnes de branches. L'arbre avait été taillé de manière à ce qu'il reste toujours sur la pelouse en cas de rupture. La zone de chute sous l'arbre avait également été délimitée avec du bois taillé, afin de limiter l'accès au public. Nous savions qu'il ne vivrait plus longtemps mais espérions prolonger quelque peu sa vie.

Ce samedi 15 août, au cours d'un violent orage, le tronc s'est brisé en deux à son point le plus faible. Son pied restera comme un souvenir de cette icône. De nombreux organismes pourront en profiter pendant des années encore...