[Science news] - Des sosies envahissants de l'armoise indigène (Artemisia vulgaris) démasqués

Les espèces d'Artemisia font partie d'un groupe taxonomiquement complexe distribué principalement en Extrême-Orient. Ces espèces se ressemblent et ne se distinguent que par des différences très subtiles. Elles sont donc mal connues et facilement ignorées. Notre armoise indigène, Artemisia vulgaris, est commune et très répandue en Europe occidentale. Cependant, certaines espèces apparentées non indigènes sont invasives, utilisant de longues tiges souterraines (rhizomes) qui s'étendent pour former des touffes denses qui entravent la croissance d'autres plantes.

Le Jardin botanique de Meise étudie ce complexe d'espèces depuis de nombreuses années, non seulement par des études morphologiques classiques mais aussi en utilisant des techniques modernes telles que le séquençage de l'ADN et la mesure de la taille du génome. Plusieurs espèces d'Artemisia d'Asie de l'Est qui ressemblent à l'armoise indigène ont été détectées, en Belgique mais aussi dans d'autres pays d'Europe occidentale. Deux espèces, A. verlotiorum et A. princeps, toutes deux originaires de Chine et du Japon, semblent être largement naturalisées et ont récemment connu une expansion chez nous. Notre découverte d'A. princeps est le premier signalement en Europe. Plusieurs autres adventices du genre Artemisia ont été identifiées au cours de cette étude, mais ces dernières ne posent pas de problème pour le moment.

La détection précoce, basée sur une identification certaine, et suivie d’une réponse rapide et efficace, est considérée comme l'une des façons les plus adéquates et les plus rentables de lutter contre les plantes envahissantes.


Photo : La photo montre l'Artemisia vulgaris indigène (quelques tiges mortes au premier plan) avec A. princeps (masse de végétation vert foncé) dans le port d'Anvers.