Herbier de porcelaine

Thérèse Lebrun
29
oct.
19
mai

La matière, le geste et la forme. 

Thérèse Lebrun recueille dans la nature des graines, des tiges végétales, des fruits akènes. Ces éléments sont associés à du papier porcelaine, une matière blanche et fine qui devient translucide à la cuisson. Elle construit ses pièces à petits gestes répétés, comme on brode, comme on médite tranquillement en mettant en route ce que Bachelard (Philosophe, 1884-1962) appelait “l’imagination matérielle”. « C’est dans le faire que le rêve prend sa substance », disait-il.

 

Dans son atelier, l’artiste recrée un monde minéral aux formes suggestives. Les formes sont organiques souvent produites par croissance ou par agglutination. Ses pièces de porcelaine ont un toucher sensible, un grain de membrane calcifiée. Elles nous font immanquablement penser à des souvenirs d’enfance, des souvenirs de mer, des objets trouvés sur la plage, des calcaires sécrétés avec lenteur.

 Texte: Paul Dulieu