Digitalisation à grande échelle de l'herbier du Jardin botanique | Nederlands

L'herbier du Jardin botanique Meise compte 3,5 millions de spécimens collectés dans le monde entier, entre 1724 et aujourd'hui, et le place ainsi dans le top 25 des herbiers au niveau mondial. Il contient les collections de référence pour la Belgique, l'Amérique latine et l'Afrique centrale et est donc fréquemment consulté par les scientifiques originaires du monde entier. Il a paru évident que la digitalisation devenait nécessaire car une collection numérisée réduit le risque d’endommager ces pièces uniques, renforce la visibilité internationale et permet un accès aux données pour les scientifiques, les botanistes amateurs ou quiconque y porte un intérêt.

Grâce à l'action de l’innovation technologique, à l'initiative de la Communauté flamande, le Jardin botanique Meise peut maintenant rapidement et efficacement numériser 1,2 million de spécimens provenant de ses collections. Le projet financé à raison de 1,65 million € a reçu l’acronyme DOE!, pour « déverrouillage digital des collections patrimoniales ». Le chemin parcouru depuis la phase de démarrage a été long pour nos collaborateurs. Pendant 18 mois, 15 personnes ont en effet inspecté et préparé les spécimens d’herbier. A présent, le travail de digitalisation peut vraiment commencer. Grâce à l’intervention d’'une société externe, un tapis roulant de digitalisation high-tech a été installé. Il sera opérationnel pour une année entière et permettra de scanner près de 5000 spécimens par jour.

Les images numériques seront stockées, entre autres, chez VIAA, l'Institut flamand pour l'archivage; elles seront ainsi en sécurité pour le futur. Après la digitalisation, viendra la phase d’encodage. Les données figurant sur les étiquettes d'herbier contiennent une foule d'informations utiles aux scientifiques, et leur permettant notamment de connaître le lieu de collecte, les caractéristiques et la dénomination des plantes. Pour être finalisé, ce travail d’encodage nécessiterait encore de nombreuses années aux collaborateurs. Le Jardin botanique compte accélérer ce processus d’encodage en y faisant participer le plus de personnes possible, notamment en faisant appel au ‘grand public’. C’est une excellente opportunité et une méthode du 21e siècle pour associer, le plus étroitement possible, le public dans le fonctionnement de l'herbier.

Enfin, toutes les données seront disponibles via ‘l’herbier digital’, qui est une plate-forme accessible via le site web du Jardin botanique. L'herbier sera ainsi facilement consultable de l'extérieur via ce lien.


Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd