n° 28, hiver 2011
Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Nouveau : visite panoramique virtuelle du Palais des Plantes

Le Palais des Plantes, composé d’une succession de 13 serres, est l’un des hauts lieux du Jardin botanique national de Belgique. Les collections de plantes sensibles au gel y sont regroupées sur près d’un hectare par type de climat ou selon un angle thématique. Déambuler dans cet espace est une invitation à un grand voyage végétal autour de la planète, à la découverte de nos écosystèmes les plus mystérieux et des plantes les plus précieuses ! A présent, il vous est également possible de découvrir ce temple du monde végétal grâce à une visite panoramique virtuelle ! En quelques clics de souris, derrière votre écran d’ordinateur, vous serez plongé dans l’atmosphère visuelle et sonore d’un décor à 360° dans lequel il vous est loisible de déambuler, de serre en serre, tout en admirant des dizaines de plantes caractéristiques des quatre coins du monde. Restent bien entendu les 10000 autres espèces présente dans le Palais des Plantes que nous vous invitons à découvrir, ou à redécouvrir, lors de votre prochaine visite du Domaine. Qu’on se le dise : l’hiver est une période particulièrement propice à la visite de ce palais de verre où la chaleur et l’exubérance végétale vous plongent dans un monde encore plus réel que nature…


  • Notre directeur part à la retraite
Ce mercredi 14 décembre s’est déroulé à Meise une réception en l’honneur de notre directeur, le Professeur Jan Rammeloo, pour son départ à la retraite à la fin du mois de décembre. Durant vingt années, il a dirigé le Jardin botanique national de Belgique « d'une main de fer dans un gant de velours ». Sous son ère, la recherche scientifique s'est fortement accrue et il portait toujours beaucoup d'attention envers son personnel. On lui doit également le développement des liens avec l'Afrique centrale, en collaboration étroite avec des institutions africaines telles que le Jardin botanique de Kisantu ou l'herbier de Yangambi. Lors de la séance académique, 6 orateurs belges et étrangers ont retracé son parcours et sa carrière scientifique, sa passion pour les champignons - il est mycologue de formation - et ses projets majeurs comme la rénovation du Palais des Plantes ou son engagement international, par exemple au niveau du ‘Botanic Gardens Conservation International’ (BGCI). Jan Rammeloo a été le quatorzième directeur du Jardin botanique national.


  • Des chercheurs africains au Jardin

Le Jardin botanique national qui a une longue tradition de recherche en Afrique centrale est mondialement reconnu pour la richesse de ses collections et son expertise botanique. Les chercheurs de notre Jardin botanique mènent régulièrement des missions exploratoires et des recherches en botanique sur le continent africain, entre autres sur les champignons et la famille du caféier (Rubiacées). Mais l’objectif est aussi de stimuler des partenariats et d’augmenter l’expertise des chercheurs locaux en leur donnant les outils et les formations nécessaires. C’est dans ce cadre que durant près de trois mois notre Jardin botanique et le Musée royal d’Afrique centrale ont accueilli 6 chercheurs africains originaires du Rwanda, du Cameroun, de Madagascar et de la République démocratique du Congo. Avec l’appui de la Coopération au développement belge (DGCD), ces chercheurs ont suivi une formation en botanique de la forêt tropicale et biologie du bois. Au programme : des modules relatifs à la gestion et l’exploitation durable des ressources naturelles et en particulier forestières, de la taxonomie, de la conservation in situ et ex situ de la biodiversité végétale... et aussi un module relatif au financement des projets de recherche (inter)nationaux… Nul doute que cette formation a pu compléter les connaissances et le savoir-faire des chercheurs dans ces domaines.

  • Le Jardin botanique en terre brésilienne

Tous les deux ans, le festival Europalia nous emmène à la découverte du patrimoine culturel d’un pays. Cette année, c’est le Brésil qui est mis à l’honneur, un pays aux multiples richesses culturelles et artistiques. Mais aussi naturelles, sa faune et sa flore ayant attiré bon nombre d’explorateurs. Dès 1832, des naturalistes belges comme Jean Linden se rendent dans ce pays, poussés par l’attrait de la « forêt vierge » et par la découverte de nouvelles espèces végétales (orchidées, broméliacées...). Notre Jardin botanique possède une riche collection historique en provenance de ces premiers naturalistes, en particulier celle liée à la « Flora brasiliensis » de l’explorateur allemand Carl Friedrich Philipp von Martius que l’Etat belge acheta en 1869. Cette collection unique comporte près de 300.000 planches d’herbier, des graines en bocaux, des ouvrages... dont quelques pièces rares se retrouvent dans l’exposition "Terra Brasilis" de l’ING parmi 300 autres œuvres d’art qui retracent l’histoire naturelle brésilienne, depuis sa découverte, jusqu’au début du XXe siècle. A découvrir jusqu’au 12 février.


  • Prix Emiel Van Rompaey 2011
Le botaniste Emiel Van Rompaey (1895 - 1975) fut l’un des pionniers de la recherche floristique en Belgique. A l’initiative de sa sœur, Irma Van Rompaey, un fonds fut créé au milieu des années 1980 sous la coupe du Jardin botanique national de Belgique, et tous les deux ans a lieu la remise d’un prix pour récompenser des travaux de floristique réalisés dans notre pays. L’édition 2011 du Prix Van Rompaey s’est déroulée le 30 novembre dernier au Château de Bouchout. C’est avec beaucoup d’émotion que le prix a été décerné à Monsieur Léon Delvosalle (voir photo). Médecin de profession, il a durant plusieurs dizaines d’années consacré tous ses temps libres à la cartographie floristique de la Belgique et du Nord de la France. Le jury, impressionné par le travail colossal que monsieur Delvosalle a produit durant toutes ces années et en particulier par la publication, en 2010, de l’« Atlas Floristique IFFB - France NW.N et NE. Belgique-Luxembourg, Ptéridophytes et Spermatophytes », lui a décerné, à l’unanimité, le Prix.
Musa est le nom scientifique du bananier.


Nous vous rappelons, chers Lecteurs, que le Jardin botanique est fermé le 25 décembre 2011 ainsi que le 1er et le 2 janvier 2012. Nous vous souhaitons une très heureuse année nouvelle.
  • Promenade ″Irrésistibles résineux″ (jusqu’au 15 janvier 2012)

Après les journées qui raccourcissent, est venu le temps de penser aux sapins de Noël. Découvrez en parcours libre dans le Coniferetum (n° 18 sur le plan) une incroyable variété de 350 conifères peu ordinaires ou aux formes étonnantes ! Un dépliant gratuit vous propose un itinéraire d’1 h 30 parmi céphalotaxus de Chine, cryptomeria du Japon, torreyas et autres séquoias. En savoir plus.

  • Promenade ″Magie hivernale″ (16 janvier - 20 mars 2012 )

Venez découvrir en parcours libre la symphonie des fleurs et des parfums hivernaux dans les magnifiques collections de Meise. Un dépliant gratuit vous propose un itinéraire de 2 heures parmi bruyères des neiges, cyclamens de Cos, hamamélis,... Et n’oubliez pas le détour par les serres si vous rêvez de chaleur et d’exotisme ! En savoir plus

  • Antarctique, l’éden polaire (18 février – 15 avril 2012 )

Bart Van de Vijver, un scientifique du Jardin botanique, est particulièrement actif dans des programmes de recherche en Antarctique, en particulier sur l'île Livingston. Ses superbes photographies nous emmènent à la découverte d'animaux et de plantes du “Continent blanc” qui est loin d'être une terre inhospitalière...

Musa est le nom scientifique du bananier.




  • Notre cactus chandelier fête ses 100 ans !

Le plus grand cactus de la Serre des Déserts du Palais des Plantes, le cactus chandelier (Echinopsis terscheckii) célèbre en 2011 son centenaire ou plutôt la centième année de son séjour dans les collections du Jardin botanique. C'est en effet ce que l'on peut découvrir en lisant le numéro d'enregistrement de l'étiquette qui accompagne la plante. De la même manière que chaque citoyen belge est identifié grâce à son numéro de registre national, chaque plante du Jardin botanique reçoit un numéro qui détermine précisément quand une plante a été intégrée dans ses collections. Notre cactus chandelier porte le numéro '19110964 '. Dans nos archives nous pouvons découvrir que le Jardin botanique a reçu cette plante en 1911 d'un certain G. Van der Vinnen, originaire d'Uitkerke en Flandre occidentale. Entre 1908 et 1921 nous avons encore reçu plusieurs dizaines de plantes de ce collectionneur dont la grande majorité sont encore aujourd'hui en parfaite santé dans nos collections. Notre géant de plus de 7 mètres de haut en a vu du pays, passant de Uitkerke à Bruxelles, dans la précédente implantation du Jardin botanique national, avant d'arriver à Meise dans les années 1940 lorsque le Jardin déménagea de la capitale à Meise. En 2001, alors âgé de plus de 90 ans, il fut transplanté dans la Serre des Déserts où il se porte toujours comme un charme ! Ces dix dernières années, il a même produit plusieurs ramifications. Le nom de cactus chandelier fait référence à la forme caractéristique de ces cactacées qui présentent une tige principale de laquelle partent des ramifications à mi-hauteur. C'est le cactus typique des bandes dessinées et des Western. Notre exemplaire fleurit régulièrement avec d'impressionnantes fleurs blanches de plus de 15 cm de diamètre. Les fleurs s'ouvrent la nuit et sont pollinisées, dans la nature, par des papillons nocturnes. L'espèce est originaire du nord de l'Argentine.

Musa est le nom scientifique du bananier.




  • Des oiseaux au jardin

L’hiver est à nos portes et vous êtes probablement nombreux à espérer un Noël blanc, propice à cocooner au coin du feu après avoir fait quelques batailles de boules de neige ou un bonhomme de neige au jardin. Mais un hiver blanc est aussi une période difficile pour les oiseaux qui doivent affronter le froid et qui ne trouvent parfois plus assez de nourriture dans nos jardins aménagés. Planter des arbustes à fruits et à baies comme le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) ou la viorne obier (Viburnum opulus) est une manière utile de leur venir en aide. Nous pouvons également les aider en leur fournissant une nourriture adéquate. Dans notre Boutique, vous trouverez une gamme de boules pour oiseaux, composées d’un mélange adéquat de graisse et de graines. Et si certains de nos oiseaux migrent en hiver vers l’Afrique pour y trouver de meilleures conditions, nous pouvons également vous proposer de splendides figurines d’oiseaux africains pour agrémenter votre jardin ou votre maison.

Pour commander, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique national de Belgique

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Dr Gert Ausloos
Photos
Jardin botanique national de Belgique, Bart Van de Vijver.

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique national de Belgique
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@br.fgov.be